ROMI, COURONNE AUX FINANCIAL AFRIK AWARDS : ENTRE TONTINIERS, ON SE GERE.

59

C’est une affaire dont personne ne parle à part deux ou trois journaux spécialisés dans le Nouveau Départ et quelques gribouillards patentés qui ont épuisé leur vocabulaire propagandiste avant terme et qui sont maintenant dans le recyclage de formules vides dont l’avidité de leur être n’a cure.
Il se raconte que tonton Romi, le tontinier a été sacré champion aux Financial Afrik Awards 2018, la semaine dernière à Abidjan en Côte d’Ivoire. 120 décideurs financiers l’ont élu meilleur ministre des finances de l’Afrique au titre de l’année en cours, parmi une centaine de personnalités africaines castées selon l’idée qu’ils transforment le continent. La nature de la transformation et la manière dont elle est opérée ne comptent pas, apparemment.
Voilà donc notre incontinent Romi fait héros et saint patron des tontiniers au pays de l’éléphant et de l’ivoire pour 2018 déclinant. Les relais de ce tour de magie ne disent rien précisément des critères d’évaluation qui lui ont valu cette distinction bien distincte de la note que ses compatriotes lui auraient collée au front si leur avis avait été sollicité. L’argentier national, plus grippe-sou que garde des sous, aurait été logé bien bas sous la barre de la moyenne admise. Mais c’est là un idéal qui relève d’un monde imaginaire. Dans les réalités du cercle des tontiniers, on vend certes beaucoup de vent mais l’adresse et le sens du pragmatisme sont de mise lorsqu’il faut planifier de trouer les poches d’honnêtes citoyens pour récupérer par-dessous le peu qu’on leur donne par-dessus. Tondre la populace requiert d’avoir du doigté et réussir si brillamment à l’entuber mérite bien un trophée de ses paires.

Martin SENALIDE

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.