KOMI PERDU ENTRE DEUX VOLS

104

Il était attendu à Paris pour une rencontre avec ses compatriotes de France. Une de ces rencontres où on apporte des nouvelles comme on dit familièrement. Des nouvelles du séjour d’outre Atlantique. Là bas où il a repris le chemin de l’école. Pour tuer le long temps que va être l’attente entre deux élections présidentielles. Pour espérer le retour de flamme qui ramènera son camp dans la lumière du pouvoir.
Komi ‘’la chance’’ comme on l’ a surnommé pour sa fulgurante ascension sait qu’ il lui faudra trouver occupation pendant ce temps. Des conférences, comme celle pour laquelle quelques amis au service lui ont concocté un temps d’ échanges avec des béninois résidant en France et alentours.
Avec flyers et annonces sur les réseaux sociaux.
Samedi 15 décembre 2018, pendant que le maigre public de la salle de st Ouen se désespérait du retard de l’ invité qui vient , de So far west pour Paris, c’ est une phrase sybiline de son camarade de parti, Valentin DJENONTIN ‘’la tangente’’ qui a mis la puce à l’ oreille. Le retard de ‘’Komi les Finances’’ comme on le resurnomme, risquait d’être plus long. Son vol parti la veille de Dakar pour Paris, avec escale à Madrid n’ en finit pas de se faire attendre. Le chauffeur de salle de circonstance a eu à épuiser son répertoire de circonvolutions ; avant que les interventions des orateurs seconds couteaux, ne confirment les uns et les autres qu’ ils ont perdu KK en route.
A la descente d’ avion à Madrid, un convoi spécial affrété par les services spéciaux d’ Interpol serait venu le chercher au pied de la passerelle. En VIP. Very Investigated Person. Les limiers espagnols chargés d’accueillir l’ancien Ministre d’Etat béninois ont parlé d’ un sospechoso muy buscado.
C’ est à croire que l’ancien Ministre des Finances de Yayi Boni est tombé dans une embuscade. Lui qui savait que le pouvoir qui a remplacé celui de son équipe cherchait à l’habiller de faits datant de son passage à la tête d’ un fonds de microfinances. Les nouveaux tauliers de la République auraient des questions à lui poser sur sa gestion de cette période où un manque à gagner pour l’Institution, de quelques milliards, lui serait imputable.
Après qu’un fameux audit commandité par la Rupture eut déposé son rapport en conseil des Ministres évoquant pratiquement des soupçons de distraction de fonds.
A charge ! Et sans contradictoire, a aussitôt répliqué Komi Koutché. «On ne prête qu’ au riche, mais quand même !» s’ est exclamé le dernier argentier du gouvernement de Yayi Boni dès que cette affaire lui est portée au crédit.
Non seulement les auditeurs qui ont remonté le temps dans la gestion du Fonds National des Microcrédits à la recherche des traces de ‘’générosités excessives et volantes ‘’ de ‘’Komi les Finances’’ n’ ont daigné l’ approcher ni rapprocher les faits à ses dires, mais ils n’ont pas prêté grand crédit à la certification des comptes de l’institution par la cour suprême.
Au point que la rumeur, relevée à la cantonade par un Responsable de la Communication de la Présidence du Bénin, avait avancé plausible, le vol au domicile de ‘’Komi les finances’’ de la bagatelle de 800 millions de cfa. C’ est beaucoup, 800 millions traînant dans des sacs à la maison et à la portée de mains subtilisatrices. Mais la victime du vol lui n’ indique que 95 millions de cfa récupérés presque en totalité chez les voleurs repris.
A chaque fois on n’ en prête plus à ‘’ Komi les Finances’’ dirait- on. Suffisamment pour faire décerner un mandat d’ arrêt contre le jeune ex argentier, qui a échappé de peu d’ être écroué après avoir répondu à une convocation de juge qui n’ avait pas trouvé raison de le « coffrer ». Ça c’ était courant mai 2018 à Cotonou.
Les autorités béninoises, elles, maintiennent les lassos pour aller cueillir l’ échappé belle.
C’ est finalement de la rue Julian Gonzales de SEGADOR qu’est partie une équipe d’ Interpol le 14 décembre pour l’ Aéroport Adolfo SUAREZ de Madrid à la recherche d’ un sospechoso muy buscado.
L’ affaire KK vient de commencer. Et ça ne sent pas bon.
Un mandat d’arrêt international délivré presque en catimini. Et qui surprend l’ interpellé KK et l’ opinion publique nationale comme internationale.
Les amis de KK, revenus du soufflet de l’arrestation de leur cador fustigent les méthodes de « chasse à l’homme » du pouvoir de la Rupture traquant toute opposition.
Et la liste des cibles dans le collimateur de la justice béninoise, suspectée d’ être aux ordres du Pouvoir s’ allonge.
Un exilé en perspective en plus, si l’ extradition vers Cotonou de ‘’Komi les Finances’’ était rejetée.
A Cotonou, le silence des autorités judiciaires, muettes comme une carpe et sourdes comme un pot en rajoute aux rumeurs de détention d’ un passeport diplomatique togolais par Komi.
L’ affaire KK, on l’ a dit est une affaire qui sent le souffre. Elle ne fait que commencer.
Ted LAPIRUS

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.