Bruno Amoussou, cet animal politique qui refuse de mourir

58

Les regroupements des partis politiques en Blocs ont fini par trouver solutions aux nombreux blocages qui émaillaient le processus. On y voit désormais plus clair quant à qui fait quoi dans quel bloc. La situation au sein du bloc progressiste a progressé au point d’en faire désormais ‘‘L’Union progressiste’’. Ils se sont même payé le luxe de faire économie de cette guerre des chefs dont on sait les ravages qu’elle a causés dans le processus de constitution de l’autre Bloc, le Bloc Républicain qui en porte d’ailleurs encore les séquelles. A l’Union Progressiste, l’unanimité autour du Renard de Djakotomey n’a jamais souffert de la moindre rixe. Et voilà notre bon vieux dinosaure, toujours annoncé en phase de mort politique, jamais enseveli, qui renaît de nouveau de ses cendres. L’évolution de la situation au PSD l’avait déjà mis au carreau ; l’émiettement de l’Union fait la Nation l’avait pourtant confiné dans l’oubli ; l’avènement du ‘‘Nouveau départ’’, avec son discours de renouvellement du personnel politique national, promettait de chanter la messe de requiem de la carrière politique de Bruno Amoussou. Au lieu de cela, avec le grappin mis sur la présidence de l’Union Progressiste, c’est un…nouveau départ que va connaître la trajectoire de cet authentique animal politique qui, finalement, aura été de tous les combats depuis l’avènement du Renouveau démocratique. Suite logique ou conséquence de ce retour au premier plan, Bruno Amoussou ne se gênerait pas pour profiter des prochaines législatives et organiser les funérailles politiques de ceux qui rêvaient de l’effacer de l’échiquier politique national.
JSP

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.