Impoli-tics du Jeudi 17 Janvier 2019

105

Azannaï et le mur du …çon

 

Le mur du çon ( c’est bien con!) a été franchi cette semaine par cet extrait capté à son insu, des propos de Candide Azannaï devant une poignée de ses ouailles :
«Je me battrai pour qu’il (AJAVON) revienne, je ferai tout pour cela, mais je ne me soumettrai jamais à l’USL et je vous demande de ne pas le faire. Ne succombez jamais devant l’arrogance de l’argent. Il y a quelqu’un dans le 12eme arrondissement ici qui dit à propos de moi : « on lui dit de venir dans l’USL et il dit non. C’est l’autre qui veut dépenser son argent non?»
De quel argent parle t-on? L’argent sale, l’argent de la cocaïne ? Je dis non».
Le moins qu’on puisse dire sans mauvais jeu d’esprit, c’est que ce Candide sait bien restaurer l’espoir. Mais pas là où on l’attend.

Aristide G.

Les Zinsou, c’est pas qu’une affaire de sous !

 

Les Béninois, grincheux de nature, devraient plutôt être heureux en se sentant honorés par l’admission à l’Académie de médecine de notre compatriote René Derlin Zinsou. René, c’est le grand frère du président Émile Derlin Zinsou. C’est le père du grand ( dans tous les sens!) Lionel Zinsou. C’est donc le grand père de Marie-Cécile Zinsou. C’est l’aïeul des petits-enfants de Lionel. Et si cette présentation généalogique ne suffit pas, il sera bientôt l’ancêtre des arrière petits-enfants de son fils. Ouf, un vrai dur à cuir, le vieux! Et même si le coup d’État du 16 janvier 1977 dont il est cité comme une des têtes pensantes et donc condamné à mort par le GMR, a fait un fiasco, il aura vécu suffisamment vieux pour voir partir kerekou et la plupart des Béninois qui étaient assez mûrs en 1977 pour prendre des gourdins face à la bande à Bob Denard. Ça mérite évidemment une entrée à l’Académie…des âges.
A. G.

Un gros malin, le Yayi

 

La machine de Yayi tourne actuellement à plein régime. Et ce n’est pas exagéré de dire que le très médiatique procès ICC Service lui donne de la portance, comme on le dit en aéronautique. C’est sûrement désagréable pour lui d’entendre les filous, auteurs de l’escroquerie du siècle marteler son nom du matin au soir à la CRIET et même, pour certains d’entre eux, de pousser le sens de la provocation jusqu’à vouloir décrire le bureau présidentiel pendant qu’il y officiait. Mais le côté positif pour lui, c’est ce côté Robin des Bois de l’électorat béninois qui préfère utiliser son suffrage pour rendre justice aux « persécutés en lice». Les effets se font déjà voir avec cette ambiance digne d’une sortie de Egungun chaque fois que Yinwè fait une apparition publique. Tout compte fait, il s’agit d’un juste retour d’ascenseur. Il a bien battu campagne pour Foo Patou pendant quatre longues années à partir de 2012, en l’accusant au quotidien de tous les malheurs du pays. Ça a donné ce que ça a donné en 2016. Donc aujourd’hui, c’est lui-même Yayi qui, en spolié suprême, ramasse les gros dividendes politiques du procès ICC. Ben oui, la politique au Bénin, c’est loin d’être une science rationnelle.
A. G.

Koovi vide les lieux ?

 

L’information a fait le tour des réseaux sociaux. Et même si beaucoup de Béninois la prennent avec des pincettes, elle mérite néanmoins notre attention ici au DDJ. Bertin koovi annonce son départ du monde politique. Le président de l’Alliance Iroko, candidat aux présidentielles de 2016 au nom de tous les iroko et kailcedras fétiches du pays ainsi que tous les morts , a annoncé en milieu de semaine dernière, par un post discret sur la toile, sa retraite politique. Une retraite politique qui coïncide avec une énième distinction honorifique dont il a d’ailleurs le secret dans d’obscures universités lusophones. Dans une photo où il a plus des airs de Jean-Bedel Bokassa que du soigneux économiste dont il se réclame, le président des irokos, des kaïlcedrats et des morts, exhibe avec grande fierté un diplôme d’honneur.
Pour le moment, des esprits chagrins, empêcheurs de se retirer en rond, continuent de chercher le lien entre la dernière convocation du redoutable Office central de répression de la cyber criminalité, OCRC, reçue par le président Bertin Koovi, et sa décision de retirer de la vie politique. De toutes les façons, on attend de voir si cette convocation s’éteindra avec ce départ surprise à la retraite politique.
A. G.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.