BARBOTAGES

82

JOSE TNT, PAR-DESSUS LE MARCHE !

José Tonato, c’est le ministre du cadre de vie. C’est aussi celui qui a fait un crossing-over avec le FONAC sur un marché de moto-cross commandé au Japon et dont la facture, perdue dans la mer de Chine, était devenue trop salée pour la digestion économique du pays. Mais c’est de la vieille histoire depuis, José TNT ayant réussi à maîtriser la bombe placée sous son siège. C’est un artificier de talent. Du coup, quand il revient parler de marché, ce sont les mèches des femmes qui se dressent sur leur tête. Il se projette, en effet, la construction de 35 marchés électoraux sur tout le territoire national. Pourvu que ce ne soit pas des marchés de dupe.

LES EVEQUES A LA QUETE DE LA PAIX

La proactivité et l’hyperactivité ne sont plus l’apanage des fonctionnaires de la rupture. Les cléricaux sont entrés dans la danse et se prononcent sur tout et rien. Le Vatican s’est peut-être rangé sur la politique de la rupture car il est remarqué que les évêques sont sur le front politique dans tous les pays, surtout ceux en sous-développement. Au Bénin, ils ont fait une sortie pour se prononcer sur la vie sociale, prévenir les tensions politiques et… la baisse drastique des quêtes et offrandes sur les paroisses.

TOBOULA, L‘OMBRE D’UN DOUTE

Au regard de tout ce qui se raconte sur la disparition du bien rond préfet Modeste Toboula du Littoral, il est une évidence, la béninoiserie n’a pas de limite. Les gens sont méchants. Ils ont toujours dénoncé son excès de zèle, allant jusqu’à l’opposer aux Kluvito. Maintenant qu’il est préoccupé par la guerre des choses dans l’ombre, il se crie sur tous les toits qu’il est devenu invisible. Comme si sa guerre avec les revenants est terminée. Soyez nés de nouveau et priez pour lui. Bande de renégats !

Zogang se fait garçon pour les législatives

Gaston Zogang dans le starting-block des législatives ? Non, pas après la mésaventure Anfani qui a fini par sa maison vandalisée à Porto-Novo. Mais le virus de la politique a ceci de commun avec celui du sida qu’il se ramasse souvent dans le plaisir d’une activité jouissive. Tous les ministres et directeurs, même les plus technocrates, sont devenus politiciens par le jus des choses. Le drame est que la politique ne connaît pas d’antirétroviraux. Zogang veut encore tenter sa chance aux prochaines législatives. Pourvu que la loterie lui marche cette fois-ci.

JACQUES OU ES-TU ?

« La politique est un sacerdoce ». Jacques Ayadji qui raconte une telle saoulerie se veut être un politicien clean. Que quelqu’un lui dise de cesser ses jacqueries car la question de la morale en politique est un débat déjà clôturé par Machiavel depuis 1513 dans Le Prince. Il ne lit pas assez, apparemment. Qu’il débite à nouveau sa connerie devant le Prince de la république pour voir si le résultat ne sera pas un revers violent de la main princière sur sa joue. Agbonnon a besoin de professionnels de la chose politique, pas des aventureux. Dans le MOELE, son club électoral, il peut se la jouer propre. Même si dans la foule des regards interrogateurs se portent sur son ventre, trop volumineux pour être celui d’un clérical.

Rim

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.