LA POLITIQUE, UNE GRANDE FOIRE ARTISTIQUE

61

A grands pas, le moment des élections s’approche. Dans les studios d’enregistrement, les micros s’accrochent tant bien que mal, tant ils sont sollicités. De nombreux artistes ont depuis fait le constat que ce n’est pas la lutte contre la piraterie qui leur assurera leur pain quotidien. Par ailleurs aucun aigris n’a eu la malheureuse et idiote idée de fixer les limites à l’inspiration. Offrant ainsi à nos artistes une source inépuisable de créations. Tant pis pour ceux qui s’offusqueront du déferlement d’œuvres musicales qui chantent la gloire de ces hommes politiques à la générosité légendaire. L’artiste-chanteur aussi a le droit de vivre de son art. Si les écrivains deviennent des biographes à la plume sélective et particulièrement dithyrambique à l’égard des acteurs politiques et autres célèbres ‘‘faroteurs’’, pourquoi des génies de la chanson ne deviendraient-ils pas virtuoses de l’Atalakou ?! En tout cas, par ces temps de serrage de ceinture prolongé, le plus à plaindre restera dans les faits l’artiste qui ne saura pas profiter de la campagne électorale qui arrive pour mettre son art à profit et faire de substantiels bénéfices en prévision des moments difficiles une fois que les élections seront passées et les chéquiers rangés. Parce que, disons-le : l’art dans son ensemble n’a pas vraiment un public qui permet à l’artiste de vivre de la vente de ses œuvres ; qui plus est, le politique c’est celui qui décide en dernier ressort, celui qui détient le cordon de la bourse. Sa générosité est saisonnière, périodique et ne se manifeste vraiment que quand une échéance électorale pointe à l’horizon. Quand on sait que nous venons de vivre trois longues années sans élections, on mesure mieux l’état d’excitation dans les studios d’enregistrement et autres lieux de création d’œuvres de l’esprit. Assurément, les législatives qui se profilent à l’horizon ne seront pas un rendez-vous électoral comme les autres. Comme jamais, les artistes auront leur propre musique à faire entendre, pour (donner) un cachet spécial à l’événement. Quitte à passer pour des maîtres-chanteurs…ils chanteront ! Cash !
L.S

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.