LE PHENOMENE NOMME VANO BABY A ENCORE FRAPPE !

215

Ses textes parlent sans cesse de sexe. Ses gestes sur scène frisent l’obscène. Sa danse provoque les réflexes. Pour autant, le succès de Vano Baby nous a-t-il rendu tous perplexes ? Que non ! Et encore… Vano Baby ne vient pas de nulle part. Dans son premier single à succès (Azéto Gbèdé), ce phénomène essaye de faire croire qu’il serait « né par accident. » Ce n’est pas exact. Ceux qui ont pris l’habitude de rendre le « réseau jaune » responsable de tous les péchés d’Israël, ceux-là diront, l’air revanchard : « Vano Baby, c’est la faute à MTN ! » Il n’est pas faux, en effet, de rappeler que c’est « Découverte Talent MTN » qui a révélé ‘‘Le sorcier vivant’’ au grand public. Mais on doit à la vérité de rappeler que c’est dans le quartier de son enfance, Missèbo, que je jeune Aurel Sylvanus Adjivon a fourbi ses armes et forgé son talent jusqu’à se trouver un nom d’article..heuu…d’artiste qui a commencé à faire recettes dans ce grand marché qu’est Missèbo. MTN y a apporté le coup d’accélérateur ; depuis, Vano vole de ses propres ailes, viol de ses propres sex-tapes, vol la vedette partout où il passe, s’impose et déclenche les mouvements de foule…every where HE go !

Véritable spaghetti de forme humaine qui passait jadis inaperçue, la nature a néanmoins doté Vano d’un timbre vocal, d’une voix de stentor qui ne peut restée inaudible même pour l’ouïe la moins exercée. De plus, il ne manque pas d’intelligence, il ne chante pas faux ; du coup, le Francky Vincent des temps moderne a conquis les cœurs, et pas (seulement) ceux des mélomanes. Des rues de Missèbo aux ruelles et salons des quartiers huppés, Vano Baby a des fans partout, heureusement ou malheureusement (c’est selon). Harangueur de foules hors-pair, véritable bête de scène, Vano Baby s’est particulièrement imposé en 2018 comme l’artiste sans lequel un concert de musique n’en était pas un digne du nom. Et rien n’indique que la donne changera en 2019. Pour preuve, son dernier forfait. Ce propagateur d’orgasme en masse a encore frappé. Dimanche dernier, dans le cadre du concert One BENIN Fiesta, le stade René Pleven était en proie à un délire de fou(le) pendant tout le temps qu’aura duré la présence de Vano Baby sur les lieux.

Quand on a été une seule fois témoin oculaires des frasques de cet Agent de propagation massive d’orgasme, quand on sait l’effet que produit la musique de Vano sur ses fans (pas seulement les femmes), on n’a plus d’autres choix que de prier tous les SEINS pour conjurer le sort et espérer ainsi que l’auteur de ‘‘Adigoué Goun goun’’ ne profitera pas de sa célébrité établie pour oublier de discipliner son…Micro !

Le Sorbonnard

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.