Rim MERCATO : LE TRANSFERT RATE DE KOMI

78

Il était attendu à Cotonou comme le transfert de l’année 2019. L’équipe de la Rupture avait misé lourd sur son recherché Komi. Et y avait mis les gros moyens.
Une grosse équipe de ‘’négociation et filatures», avait suivi et traqué les mouvements du Cador des Finances de l’ancienne équipe de Yayi BONI. Depuis son passage en formation accélérée aux États-Unis, les recruteurs de la nouvelle équipe au Pouvoir au Bénin avaient cherché à faire revenir KK au Pays. Ils étaient intéressés par les capacités de ‘’Komi –les-Finances’’ qu’ils soupçonnaient de détenir des qualités de gestion plus qu’habiles. C’est le genre de talent dont on veut absolument priver l’équipe adverse. En bons compétiteurs. A défaut d’avoir pour soi le recherché, il faut qu’il ne soit pas aligné par l’équipe adverse.
Tous les moyens sont donc mis à contribution. D’abord le basique. Les techniques. Faire vérifier, comme à la visite médicale, l’état de service du contrôlé. Voir s’il n’y a pas trace de quelque dopage qui pourrait valoir sanction et mise à la touche.
A la faveur d’une convocation par un mandat d’emmener, et même de force, KK s’est présenté devant un juge qui l’aurait soumis à une batterie de questions test qui l’ont laissé libre de tout empêchement.
Le juge n’ayant pas décelé de raison de lui retirer sa licence de circuler.
Pendant ce temps, KK lui, en profite pour se faire un nom à l’international.
Se faire une audience auprès de la Diaspora béninoise. En l’occurrence celle du Bénin en Europe. Et de la France en particulier. C’est un public décideur et influent. C’est devant un parterre de ce public que KK devrait se présenter ce 15 décembre 2018.
Il n’y est pas arrivé. Les recruteurs de la Rupture avaient décidé de lui faire une autre offre. Le voir face à un public chauffé à blanc devant qui KK serait présenté comme un trophée.
Et pour ce faire, l’équipe de la Rupture avait sorti le grand jeu pour l’attirer jusqu’à Cotonou. Car pour mettre le grappin sur Komi la pépite d’ Atocolibé, il fallait le ravir avant son arrivée en région parisienne où il était attendu pour le premier show français. Parti des côtes ouest américaines, une semaine plus tôt, KK avait fait une petite escale à Dakar d’où il ralliait la France par Madrid en Espagne.
Les spécialistes des transferts de la Rupture, eux, qui étaient sur le coup en ont profité pour faire une offre de transfert banco. Par le biais des Agents d’Interpol, ils ont donc sorti un précontrat de transfert, un vieux mandat de ramener qui engagerait KK. Les juges devant qui les transactions ont été présentées ont été surpris par la célérité d’intention et de propositions des coursiers de la Rupture. L’empressement à conclure ce transfert pendant le week-end auraient obligé les juges à regarder de près les éléments de la demande de transfert. Il ne manquait que la signature des juges pour l’autoriser.
Un avion affrété pour la circonstance attendrait alors, moteur en marche sur le tarmac de l’Aéroport Adolfo SUAREZ de Madrid.
Et le juge refusa de valider le transfert.
Après 3 semaines passées à étudier les propositions de part et d’autre, KK est maintenu pour jouer dans son camp. Il restera encore quelques temps du côté des ramblas.
Aller prier la Sagrada familia et vivre les Olé au Stade Santiago Bernabéu.
Le public de Cotonou lui devra se passer de l’arrivée prévue en fanfare du talent d’ Atocolibé qui vaut des millions.

Ted Lapirus

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.