Impoli-tics du Jeudi 01 Février 2019

77

Now go …!

Nago Mathurin, c’est le professeur d’université. C’est ensuite le ministre de l’enseignement supérieur de Yayi. C’est enfin le président de l’Assemblée nationale qui, en klaxon femelle de locomotive, faisait paann…lorsque le klaxon mâle qu’était Yayi faisait bruyamment piinn…. Bon la nouvelle, vous l’avez déjà, c’est que le « Nago paann» prend sa retraite politique. Il a décidé de s’en aller au moment où «Yayi piinn» essaie un comeback politique avec les prochaines élections législatives. C’est vrai que tout ce langage fait un peu chinois. Mais Nago a eu une drôle de lecture de sa retraite politique. «Maman et moi ne recevrons plus des sollicitations de sponsoring de clubs de belote, de groupement de femmes, de mouvements de jeunes. Ainsi nous gèrerons nos vieux jours avec ce qui nous reste d’économie », a-t-il dit devant un public chez lui à Bopa. Il n’a donc vu que ça qui lui fait plaisir dans cette perspective de retraite ? Et nous qui croyions que les nombreux traumatismes créés à ses lèvres par autant de « paann…» répétés dans sa courte carrière politique étaient le vrai motif de son dépit de la chose politique.
Aristide G.

Quitus par l’épée… périt par l’épée

Pour sûr, le quitus fiscal fera abondamment parler de lui dans les prochaines semaines. Ce document du service des impôts a été en effet érigé en passeport obligatoire pour tous les prétendants au statut de député. Ce qui paraît anodin à première vue, prend progressivement des proportions hallucinogènes dans l’esprit de tous ceux qui, dans le cadre de leurs ambitions politiques, devront aller faire pattes blanches aux services des impôts et dresser une liste exhaustive de tout leur avoir. Et quand on connaît la propension naturelle du Béninois à la dissimulation de ses biens, l’épreuve ne sera pas simple. De l’autre côté, les ravageuses conséquences liées à une fausse déclaration de patrimoine peuvent se faire sentir dans un an ou deux quand le fisc se décidera à faire des contrôles de patrimoine. On comprend donc le stress de plus en plus perceptible dans les États-majors politiques par rapport à cette disposition légale. Et puis les députés sortants qui postulent à nouveau, ne sont vraiment pas à plaindre. Ils ont dû, pour certains, voter ce texte sans l’avoir vraiment lu. Voici venu le moment de le subir. Quitus par l’épée… périt par l’épée.
A. G.

L’énigme qui PIK

Enfin un peu de lumière convenue sur Pascal Koupaki avec le bouquin de témoignage que lui a consacré Anique Djimadja. C’est mieux que la lumière blafarde que les débuts du médiatique procès ICC avaient jetée sur lui en décembre passé quand du flamboyant titre de «sachant», il a failli porter celui de témoin. Pour en revenir au bouquin dont le lancement au très chic Golden Tulipe aura réuni une bonne partie du gotha «Nouvelle Conscience», on retiendra son titre libellé en forme d’avertissement : « Pascal Irénée Koupaki, L’ENIGME». C’est plutôt honnête de la part de l’auteure qui nous dit déjà dès le titre du bouquin qu’on aura beau le lire sous toutes les coutures, on n’y comprendra rien à la personnalité de ce PIK taciturne qui, le temps d’une campagne électorale, s’autoproclame « mécanicien » avant de se raviser modestement plus tard et de se fondre dans l’anonymat d’un des deux blocs politiques créés par Foo Patou. Nous lirons donc ce bouquin, parce que nous savons déjà ce que nous n’y lirons pas. Et c’est mieux quand c’est clair comme ça… dès le titre.
A. G.

Une logique de bélier

Le mur du son a été franchi cette semaine par la déclaration entendue de la bouche de Goras Gaglozoun, président de son PSD-Bélier dont les cornes n’ont pourtant encore jamais défoncé un poste électif: « Aujourd’hui, les élections ne peuvent pas être la solution aux problèmes auxquels nous sommes confrontés au Bénin. Après 29 ans de démocratie tropicalisée, il faut qu’on s’arrête, qu’on s’asseye pour définir les bases de notre vivre ensemble ».
On peut bien le comprendre, le Goras. Ça ne sert vraiment à rien pour le PSD-Bélier que le pays continue d’investir autant dans des élections que lui il perd toujours!
A. G.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.