LE PROCUREUR DANS L’ASSAINISSEMENT DE COTONOU : SUPER-MARIO, DEPOLLUTION – MAN

66

Il parait que pour guider le monde il faut être femme, prêtre ou magistrat. Point commun : la robe. Les habits flottants règlent donc bien des problèmes sur cette terre. Autant qu’ils peuvent en créer, diront les belliqueux. Tout ceci dépend de là où l’on se trouve. En quête du bon côté des robes, il est simplement impossible de rater le Magistrat Mario Mètonou. Etalon insaisissable aux allures de Casanova, il peut, après avoir rapidement envoyé une ou deux personnes en prison, citer du Césaire, parler de Johnny, rire de Gad Elmaleh… Bref, redevenir une personne normale, cultivée, agréable.
Quand Mario débarque un samedi avec tout le dispositif sécuritaire dans les rues de Cotonou, en polo, tennis et casquettes sur mesure, pour enclencher un combat farouche contre la pollution environnementale, il a écopé d’un surnom qui lui va comme un gant : Super Mario, délivreur des odeurs, exorciseur de maladies liées à la saleté du cadre de vie. Les Cotonois découvrent qu’on pouvait faire autre chose que casser de la pierraille aux abords des voies.
Aujourd’hui, Super Mario va plus loin. Il associe la Mairie pour mettre sur place une brigade antipollution composée d’éléments de la police républicaine, de la police municipale et de la police environnementale. La phase de sensibilisation et les détentions à titre d’avertissement sont donc passées et les actes de pollution sonore ainsi que les vandalisme d’ouvrages publics sont dans le viseur. Désormais, plus aucun acte d’incivisme concernant l’environnement ne sera toléré. Nous sommes loin de cette époque où le maire et le préfet étaient sur un ring pour nous gaver d’indélicatesses.
Place à l’élégance et au pragmatisme, grâce au soft punch de Super Mario Dépollution-Man.
Habib DAKPOGAN

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.