ATAO, A L’ ARTICLE DE QUELLE MORT ?

377

Presque par civière, l’ évacuation sanitaire du Député Atao HINNOUHO suscite des rumeurs. Autant que les conditions rocambolesques qui l’ont enchaîné de force avant une condamnation pour « trafics de faux médicaments et autres infractions ».
Troquer la camisole de force contre une blouse ‘’de malade en détresse ‘’, c’est un coup à se voir mourir à la Une des médias. Du pseudo de « malade imaginaire » qui lui a été jadis attribué pour ses demandes de libération pour raisons sanitaires, il change de statut pour grand détenu malade. Quelqu’un a dû voir l’ état du déclaré fou sur le tarmac de l’ Aéroport de Cadjèhoun et en a déduit qu’ on lui faisait prendre les airs à la fin, peut-être pour la fin. Avec les réseaux sociaux, l’ expression des émotions se répand à une vitesse virale. Et la rumeur s’est enflée avec le vent des réacteurs de l’avion qui a transporté le ‘’ flamacien» d’ Adjegounlè.
Mais la rumeur porte souvent dans ses bagages des indices concordants.
Si le Juge, après avis des experts maison, a décidé d’ élargir la garde du détenu Atao HINNNOUHO pour qu’il aille se soigner et de surcroît en évacuation sanitaire, c’est qu’ il y a plus que le bobo d’ un mal être d’ espace de vie réduit.
La ‘’tignasse blanche’’ en concertation avec ‘’la blouse verte bébé’’ a probablement a donné son aval pour la sortie au grand air.
Le frêle député ne simulerait donc pas un mal imaginaire. Il a bien un mal dans son corps après celui de la tête diagnostiqué après le passage à tabac dont il se plaignait. Les quelques adhérents restants de son Parti, évidé depuis cette affaire, y voient la preuve de sa bastonnade au sortir du cabinet d’un juge le 27 avril 2018.
Le député se présentant de son chef dans le cas d’un mandat d’ arrêt disait avoir été roué de coups dans les couloirs du Tribunal de Cotonou, par des agents de police à ses trousses.
Ces derniers avaient démenti catégoriquement par un de leur chef monté au créneau. Coups de poings sur un député, même sentant le soufre, ça fait pas bon. Les allégations du Député Atao HINNOUHO avaient été étouffées dans la foulée par une expertise psychiatrique. Le parlementaire fut écroué puis condamné.
Depuis lors, toutes ses plaintes et supplications pour mauvaise santé et besoin de sortir de l’ enfermement ont toujours été rejetées. Pour tentatives de se soustraire aux contraintes des liens d’ une détention.
Lui ouvrir les portes aujourd’hui, au grand air et par les airs, a tôt fait de dire que le député détenu était bien mal enpoint à l’ étroit.
Ceux qui l’ont vu à son arrivée dans la capitale française se sont probablement émus de la forme d’un malade qui n’ était déjà pas plus épais qu’une fine silhouette.
Des larmes de compassion parcourent vite la toile. Déjà des journalistes spécialistes en viralité l’y voyaient en piteux état.
Même qu’un journal pachyderme écrivait : «… Mohamed HINNOUHO est fragilisé par son incinération à la Prison civile de Cotonou. » Adjinakou 06/02/19.
Admis en soins intensifs dans un hôpital parisien, on saura un peu plus de la réalité de l’ état de santé du «malade».
Atao HINNOUHO est-il à l’ article de la mort ?
Le cercle des exilés en produira un communiqué dont son porte parole, Léonce HOUNGBADJI a le secret.
Ted Lapirus

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.