CHINE – EUROPE : CHOC DES CULTURES SUR LE LINCEUL DES CULTURES AFRICAINES

60

Ce texte a été rédigé au moment où la Chine (et le reste du monde ?) rentrait dans l’année du Cochon. Ce qui ne constitue pas un prétexte pour écrire des cochonneries. Mais quand même… Entre le Nouvel An occidental (1er janvier dernier) et ce nouvel an oriental (ce 05 février), l’ambiance en Afrique sous les Tropiques est restée tropicale. Preuve que l’Africain, dont on dit qu’il est un être d’émotions, n’a pas perdu la raison jusqu’à manquer une occasion de faire la fête. L’Occident, notamment la France, peut se targuer d’avoir fait le boulot d’aliénation culturelle, tant et si bien que la fête Bavaroise de la bière connaît un succès encore plus éclatant à Adidjan, Douala, Cotonou, Ouaga qu’à Munich. Dans la course Chine/Europe qui jouent à « Qui soumettra mieux le continent berceau de l’humanité ? », la culture occidentale a pris une sérieuse avance sur la Chine. Cette dernière, non éduquée au découragement même quand la mission paraît impossible, s’attèle à rattraper son retard. A l’occasion du Nouvel An Chinois, le continent africain vivra au rythme d’innombrables et éparses initiatives. Le Bénin n’est pas des restes. Du mardi 05 au mardi 19 février, le pays de BEHANZIN vibrera au rythme d’un agréable et grandiose événement baptisé fort à propos : ‘‘Quinzaine de la tournée cinématographique chinoise au Bénin.’’ 16 jours de fêtes ! 16 jours de divertissements au cours desquels 16 artères de villes prendront les allures de Chinatowns. Au bonheur des populations ainsi massées pour visionner Taï Chi Hero et autres nombreux film à la gloire des Us et coutume de l’Empire du Milieu. Jet Li, Jackie Chang et autres grandes figures du cinéma ayant bercé notre enfance, ont désormais pour mission de faire rêver l’actuelle jeune génération africaine ayant un peu trop la tête à Hollywood.

De mieux en mieux, l’Afrique est confortée dans son statut d’enfant gâté, tiraillé par deux parents déterminés à avoir sa garde. D’un côté, une mère (France et autres) qui lui a tout donné : ses langues de travail, la démocratie, les droits de l’homme et autres. De l’autre côté, un père (la Chine) resté trop absent du foyer, et qui essaye comme il peut de rattraper son retard en fermant les yeux sur les caprices (ne fait pas de leçon de démocratie, pas d’ingérence, de nombreux projets financés gracieusement). Tel un imbécile heureux, l’éternel enfant, l’Afrique, accueille des deux mains, et ce qui vient de Maman-possessive-Occident, et ce qui vient de Papa-gentil-Orient ; et se gave, et se goinfre, et se goure goulument. Sacré glouton ! Et ce n’est pas en cette l’année du Cochon que tout ce cirque de la faim risque de prendre fin.

On l’attend depuis si longtemps ; il finira bien par arriver, ce moment où l’enfant-Afrique grandira, prendra conscience de la nécessité de s’émanciper de ses parents pour forger sa propre identité et donner un sens à son existence. Ce n’est pas pour demain, mais ce temps viendra : Prédictions de l’astrologie chinoise !

L.S

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.