Rictus et Cogitus: DES AMOURS ET DES HOMMES

110

Nous abordons la Saint Valentin avec quelques histoires d’amour. Nous savons déjà que les passions politiques sont les plus intenses parce qu’elles associent les deux plus gros catalyseurs de Vénus : le pouvoir et l’argent. Ne nous parlez pas de probité, de vérité ou d’autres mots qui n’existent que dans le dictionnaire des rêves. Ici on est sur terre, et on s’aime ou on se déteste quand le pouvoir et l’argent le veulent.

L’amour à la folie

L’histoire d’amour entre Atao-Karl Lewis (en référence à sa coiffure bien taillée) et la Justice béninoise est la plus touchante de ces dernières années. Une histoire à 20 milliards de CFA que Kemi Seba, dans une juste furie, aurait brûlés d’un seul coup de briquet. En effet, à la Barre, la barre fut tellement haute que l’apothicaire d’Adjégounlè n’a trouvé son salut que dans une folie brutale qui l’a finalement conduit à des soins spécialisés en Occident. La suite, c’est comme quand l’ophiologue prie pour le serpent : ta survie est dans tes mains.

S’envoyer en l’air… France

Cupidon, de son aiguillon acéré, a piqué les cœurs d’Air France et du Pouvoir. Ici encore, c’est une affaire de vol urgent, comme si toutes les amours devraient se conclure dans les airs. Ça en a tout l’air, vu le récent mariage de Léonce-la-faim avec les poissons de l’USL, un amour pour la bouffe qui n’a rien d’une grève.

Ça s’aime de partout mais qui récolte ?

Ah cette semaine, l’amour est allé jusqu’à Yayi soupçonné d’anciennes amours avec la bande à Tégbénou, ce qui met en rage ses défenseurs qui dénoncent une ruse du pouvoir. Tandis que l’amour du Real amène Papa-billet-soleil-levant à Koutché à Madrid pour quelques saisons encore, on s’interroge sur les raisons de l’amour de Gbadamassi pour le silence ces derniers temps. Et les syndicalistes calés sur la liste des muets comme si la bouche qui mange ne parle pas.

A l’université, non ça s’aime à peine… perdue

A l’Université par contre, rien ne respire l’amour. Le pouvoir a converti les suffrages en un cachet unique et a voté à lui seul pour les décanales. Les universitaires ne peuvent que se taire et garder le contraire de l’amour dans leur cœur : quelqu’un avait déjà dit : « Vous allez en souffrir mais vous ne pouvez rien faire ».
Et vous pensez que ce pays n’est pas fort génial !

H. DAKPOGAN

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.