QU’EST CE QUI FAIT COURIR YAYI ?

147

Chaque fois qu’il échappe à ce que d’aucuns pensent être un piège à écureuils, Yayi sort de son Taillis naturel pour faire la ronde des lieux publics du Bénin. Les marchés et devantures des Mairies n’ont plus de secret pour ses moments jubilatoires que seuls les naïfs pensent être improvisés. Yayi Boni est décidé à ravir la vedette à son meilleur copain d’antan, l’actuel président du Bénin, qui lui, hélas, souffre de plusieurs maux bénins dont l’agoraphobie. Parce qu’il sait qu’il a de l’avance sur Talon en matière d’embrassades de façade, de rire politicien, de camaraderies subites qui déclenchent des intentions de vote dans la gentillette plèbe, Thomas met le turbo.
Les réactions brouillonnes de Yayi à des actions huilées tout-en-douces de Patrice ont atteint un niveau critique au cours de la semaine écoulée. D’abord, le procureur spécial ICC-Servives qui donne le rythme en évoquant dans son réquisitoire de sanction à l’encontre des spolieurs de services ayant dépouillé les béninois par le passé, la possibilité que Yayi, le jadis et peut-être toujours tout puissant, soit écouté par un juge. Aussitôt, par écran d’ordi et réseaux sociaux interposés, les partisans de ce dernier ont annoncé une pluie de vents violents sur le pays si une telle situation arrivait à se produire. Ceux de Talon avaient continué de leur côté à menacer : « Vous allez en souffrir mais vous ne pourrez rien [y] faire ! ». Alors, Yayi fait une petite promenade médiatique du côté de Ouidah, à quelques pas de la maison paternel de Patrice. C’est là qu’il se mit à embrasser tout le pays venu arroser ses pays de grand voyageur, de saltimbanque aussi. Alors que tout le monde voyait en ce geste celui qui tiendra en haleine le public sur une semaine, Yayi décide de dribler Talon par la gauche. Pour cela, il « improvise » de grandes foulées devant le stade de l’amitié. Ainsi, comme un écureuil déchaîné, sur l’esplanade du stade de l’amitié, l’ancien président béninois se mit à courir devant une meute de militaires retraités et d’autres ayant pris leur départ volontaire de la grande muette, samedi dernier. C’est assez clair pour tout le monde que les jours qui arrivent seront sans repos pour Thomas. Il ne manquera pas de sport. Quant à Talon, c’est évident qu’il préfère rester assis devant son jeu …d’échec.
ABASS

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.